Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2005 3 12 /10 /octobre /2005 17:03

Quelles sont les personnes prioritaires en France ?

  • Le gouvernement a pour objectif de proposer la vaccination contre la grippe A/H1N1 à l'ensemble de la population. Toutefois, dans la mesure où l'approvisionnement est progressif, il a décidé d'opter pour un ordre de priorité.

  • Les professionnels de santé nécessaires au maintien de l’organisation des soins (1'200'000 personnes) - les personnels de réanimation néonatale et pédiatrique, les personnels médical et paramédical, les aides-soignants des établissements de santé et infirmier du secteur ambulatoire exposés, les médecins et infirmières en contact avec des personnes grippées ou avec des patients porteurs de facteurs de risque... - ont été invités les premiers à se faire vacciner dès le 20 octobre 2009.


  • Sont ensuite appelés par ordre de priorité :

    > Les femmes enceintes (à partir du 2nd trimestre)
    Population estimée : 400'000 personnes
    ? : Un 1/3 des décès surviennent chez des sujets sans co-morbidité associée et les femmes enceintes constituent un groupe particulièrement à risque. Aussi, le vaccin est recommandé à partir du deuxième trimestre de grossesse.
    Organisation de la vaccination : sauf situation exceptionnelle, les femmes enceintes doivent se faire vacciner avec un produit sans adjuvant (Sanofi-Pasteur).

    > L'entourage des nourrissons de moins de 6 mois
    Population estimée : 1'200'000 personnes (famille et proches des nourrissons)
    ? : Face au manque de données concernant la vaccination contre la grippe A/H1N1 chez les très jeunes enfants, c’est la vaccination de l’entourage direct (parents, fratrie…) qui est retenue comme la stratégie la plus adaptée.
    Organisation de la vaccination : les personnes de l’entourage qui ne sont pas inscrites sur la même carte sesam vitale que l’enfant doivent fournir le bon CNAM + Ameli coupon/CPAM. Vaccin avec adjuvant

    > Les professionnels chargés de l’accueil de la petite enfance - jusqu’à 3 ans
    Population estimée : 500'000 personnes
    Organisation de la vaccination : En centre de vaccination proche domicile ou lieu de travail. Bon CNAM + Ameli coupon/CPAM via le courrier adressé aux présidents de conseil général. Vaccin avec adjuvant.

    > Les nourrissons âgés de 6-23 mois révolus, atteints de pathologies chroniques sévères
    Population estimée : 15'000 personnes
    Organisation de la vaccination : en établissement de santé à partir du 12 novembre. Bon CNAM, réception vers le 10 novembre. Vaccin en fonction des cas individuels .

    > Les sujets âgés de 2 à 64 ans avec facteurs de risque (définis dans l’avis du HCSP du 7 septembre 2009)
    Population estimée : 2'800'000 personnes
    Orgsanisation de la vaccination : bon CNAM. Vaccin avec adjuvant.

    > Les personnes porteur du VIH
    Population estimée : 100'000 personnes
    Organisation de la vaccination : en centre de vaccination proche domicile ou au sein du service en charge des patients. Ameli coupon/CPAM via établissement de santé ou service en charge des patients. Vaccin avec adjuvant.

    > Les autres professionnels de santé, personnels de la chaîne de secours et transporteurs sanitaires en contact avec les malades ou les personnes fragiles
    Population estimée : 250'000 personnes
    Organisation de la vaccination : En centre de vaccination proche domicile à partir de la dernière semaine de novembre ou selon modalité définie par le ministère de l’Intérieur. Bon CNAM. Vaccin avec adjuvant.

    > Les nourrissons de 6-23 mois révolus sans facteur de risque
    Population estimée : 1'100'000 personnes
    Organisation de la vaccination : en centre de vaccination proche domicile. Bon CNAM, réception avant fin novembre, selon la date de l’AMM du vaccin attendue mi-novembre. Vaccin sans adjuvant.

    > Le personnel d’accueil des pharmacies
    Population estimée : 80'000 personnes
    Organisation de la vaccination : en centre de vaccination proche domicile. Ameli coupon/CPAM. Deuxième quinzaine de novembre. Vaccin avec adjuvant.

    > Le personnel des établissements médico-sociaux
    Population estimée : 550'000 personnes
    Organisation de la vaccination : en centre de vaccination proche domicile. Ameli coupon/CPAM. Deuxième quinzaine de novembre. Vaccin avec adjuvant.

    > Les plus de 65 ans avec facteurs de risques (définis dans l’avis du HCSP du 7 septembre 2009)
    Population estimée : 3'200'000 personnes
    Organisation de la vaccination : en centre de vaccination proche domicile. Bon CNAM date à définir. Vaccin avec adjuvant.

    > Les 2-18 ans sans facteur de risque
    Population estimée : 13'000'000 personnes
    Organisation de la vaccination : en centre de vaccination pour les élèves de primaires (maternelles et élémentaires.) En établissement scolaire pour les collèges et lycées Bon CNAM à partir du 25 novembre. Vaccin avec adjuvant .

    > Les plus de 18 ans sans facteurs de risques
    Population estimée : 39'000'000 personnes
    Organisation de la vaccination : En centre de vaccination proche domicile. Bon CNAM date à définir. Vaccin avec adjuvant.


> Questions/réponses sur le vaccin contre la grippe A/H1N1


Partager cet article

Repost 0

commentaires

GALIERES 14/12/2009 23:24


Bonjour,
Je souffre de la maladie de Crohn, mon médecin me conseille de me faire vacciner mais uniquement par un vaccin SANS adjuvant et de le refuser dans le cas contraire. Je suis d'accord avec ça. Mon
médecin m'a donc fait un "mot" afin que je puisse bénéficier du vaccin sans adjuvant mais n'étant pas certaine que cela suffira, j'hésite à aller au centre de vaccination !
D'autre part, je n'ai toujours pas reçu le bon... je suis pourtant inscrite en ALD.
Enfin, tout ça est très mal organisé je trouve.


Traficdunet 15/12/2009 00:16


Bonsoir,

Pour le bon, tout dépend du département dans lequel vous habitez : certains acceptent les personnes n'ayant pas de bon, d'autres non (ou les personnes sont acceptées uniquement pendant les périodes
creuses).

Pour le mot du médecin : dès lors qu'un médecin atteste d’un facteur de risque la personne est prioritaire. Elle peut alors obtenir un bon de vaccination en se présentant dans son centre CPAM.

Pour le vaccin : celui-ci est choisi par le médecin du centre en fonction de certains critères (âge, le fait d'être enceinte, l'allergie à l'oeuf...). Avant de vous faire vacciner vous le
rencontrerez ; à ce moment là, discuttez de la situation avec lui. J'imagine que si vous tombez sur un médecin intelligent, il vous presciera avec un produit sans adjuvant. S'il ne le fait pas,
suivez l'avis de votre médecin traitant et quittez le centre.



SO 08/12/2009 14:05


POURQUOI LE VACCIN POUR LES ENFANTS DE - 9 ANS EST AVEC ADJVANT MAINTENANT?..ALORS QU'AU DEPART LA MINISTRE AVAIT DIT QUE POUR LES ENFANTS de moins de 9ANS il SERAIT SANS ADJUVANT PAR RAPPORT AUX
RISQUES...


Traficdunet 08/12/2009 14:22


Où avez-vous trouvé cette information ? A ma connaissance, le vaccin Panenza de Sanofi-Pasteur est toujours le vaccin utilisé pour les femmes enceintes et les enfants en France.

1,4 million de doses de Panenza ont déjà été livrées (presque toutes utilisées) et 2 millions de doses ont été livrées en fin de semaine dernière.


quadrado 24/11/2009 15:56


je reviens du centre de vaccination de marignane et je suis CHOQUEE !!!! au moins 50 personnes a attendre dans une piece de 40m pas d escalier pour les handicapes pour acceder a la salle de
vaccination et pour les maman avce poussettes ! et en plus la vaccination se fait 2 jours par semaine mais ou va ton !!! aucune prioritee pour les nourrissons et pour les enfant en primaire figurez
vous qu uls doivent manquer l ecole car les horaires ne sont pas adapter !!!

QUEL HONTE !!!


van bourgogne olivia 12/11/2009 20:14


bonjour je voudrais savoir car je n ais plus de rates et est ce que je suis conserner pour le vaccin contre la grippe a merci


Traficdunet 12/11/2009 20:57


Dans votre cas, il vaut mieux téléphoner à votre médecin traitant, mais je ne vois pas de soucis particulier lié à la vaccination contre la grippe A/H1N1, bien au contraire.

Par ailleurs, selon une note du la société de Nephrologie, datée du 12 octobre 2009 :
« La grippe est un facteur de risque important des pneumopathies bactériennes en particulier à pneumocoque. Durant les pandémies grippales du siècle dernier, les surinfections pulmonaires
bactériennes ont été une cause importante de morbidité et de mortalité. En prévision de la menace de pandémie grippale H1N1, il est essentiel de renforcer la vaccination antipneumococcique
chez les personnes ciblées par le calendrier vaccinal, pour prévenir dans cette population les surinfections pneumococciques de la grippe.
La note conjointe DGS, DHOS et DGAS publiée le 13 juillet 2009 et accessible sur le site du CCLIN Paris Nord à cette date :http://www.cclinparisnord.org/GRIPPE/grippe.htm recommande cette vaccination en prévention des surinfections pneumococciques de la grippe chez sept groupes de patients dont deux sont
souvent nos patients : patients atteints de syndrome néphrotique et d’insuffisance cardiaque.
Les sept groupes sont les patients atteints de : asplénie fonctionnelle ou splénectomie, drépanocytose homozygote, syndrome néphrotique, insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque,
patients alcooliques avec hépatopathie chronique, personnes ayant des antécédents d'infection pulmonaire ou invasive à pneumocoque. En l'état actuel des connaissances, le Conseil Supérieur
d'Hygiène Publique de France n’a pas recommandé d'élargir la vaccination antipneumococcique au-delà de cette population cible. » (source)