Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2005 3 12 /10 /octobre /2005 12:23

Le bon de vaccination reçu par la Poste est à présenter au centre le jour de la vaccination. Il permet de garantir la traçabilité de la campagne vaccinale.


 

 

  • Je suis une personne prioritaire et je n'ai pas reçu mon bon de vaccination ?
    Vous pouvez vous rendre à la caisse primaire d’Assurance maladie dont vous dépendez et le document vous sera remis. Vous devrez fournir quelques renseignements permettant l’émission du bon : nom, prénom, numéro de sécurité sociale, date de naissance et code postal de résidence.

 

  • J'ai égaré mon bon, que dois-je faire ?
    Vous pouvez vous rendre à la caisse primaire d’Assurance maladie dont vous dépendez et un nouveau document vous sera remis. Vous devrez fournir quelques renseignements permettant l’émission du bon : nom, prénom, numéro de sécurité sociale, date de naissance et code postal de résidence.



> Questions/réponses sur le vaccin contre la grippe A/H1N1


Repost 0
11 octobre 2005 2 11 /10 /octobre /2005 11:44

Quand se faire vacciner ?

  • En fonction de l'ordre de priorité fixé par le gouvernement, chaque assuré social recevra un courrier signé par Roselyne Bachelot, l'invitant à se faire vacciner gratuitement. Sur cette lettre, figurent l'adresse du centre de vaccination où se rendre, ainsi qu'un double coupon à présenter au service médical.

  • L'ouverture officielle des centres de vaccination a eu lieu le 12 novembre 2009.
  • Depuis le 30 janvier 2010, les centres de vaccination sont fermés. La vaccination n'est exclusivement possible qu'auprès des médecins libéraux et de certains CHU.

Des équipes mobiles. Pour qui ?

  • La vaccination des collégiens, des lycéens et de la communauté éducative sera assurée par des équipes mobiles dans les établissements scolaires. Il en sera de même pour:

  1. les résidents des établissements médico-sociaux ;
  2. les patients des établissements hospitaliers spécialisés ;
  3. les détenus ;
  4. les personnes placées dans les centres de rétention administrative ;
  5. les personnes dans l'incapacité de se déplacer ;
  6. et les personnes en situation de précarité.

 

Comment cela se passera-t-il pour les enfants en bas âge ?

  • Les enfants scolarisés en maternelle et en primaire seront vaccinés, accompagnés de leurs parents, dans les centres de vaccination.

 

La vaccination est-elle gratuite ?

  • La vaccination est gratuite pour l'ensemble de la population.


Et-elle obligatoire ?

  • La vaccination contre la grippe A/H1N1 n'est pas obligatoire.
  • Une exception potentielle : les militaires. Pour le moment, le ministère de la Défense ne semble pas vouloir  rendre obligatoire la vaccination contre la grippe H1N1 pour tous les militaires.


Qui choisit le type de vaccin ?

  • ll n’est pas prévu d’offrir le choix du vaccin aux personnes qui viennent se faire vacciner.
  • En fonction de la personne à vacciner (femmes enceintes, personnes présentant certaines allergies...), le professionnel de santé qui effectue la vaccination choisit le produit à injecter.

 

> Retrouvez d'autres questions/réponses sur le vaccin contre la grippe A/H1N1

Repost 0
10 octobre 2005 1 10 /10 /octobre /2005 19:21

Celvapan suspension injectable - vaccin grippal pandémique (H1N1)

Clients : France, Allemagne, Grande-Bretagne, Irlande, Nouvelle-Zélande...

 

Vaccin grippal pandémique à virion entier, inactivé, contenant 7,5 microgrammes d’hémagglutinine de la souche A/California/07/2009 (H1N1) cultivée sur cellules Vero (lignée cellulaire continue d’origine mammifère) pour une dose de 0,5 ml

Excipients : trométamol, chlorure de sodium, eau pour préparations injectables et polysorbate 80. Le vaccin ne contient pas de thiomersal.

Adjuvant : Aucun


Celvapan se présente en flacon multidose

Mode d'administration : L’immunisation doit être réalisée par voie intramusculaire de préférence dans le muscle deltoïde ou dans la face antérolatérale de la cuisse, en fonction de la masse musculaire. Ce vaccin ne doit en aucun cas être administré par voie intravasculaire.

Contre-indications : Antécédent de réaction anaphylactique (c’est-à-dire mettant en jeu le pronostic vital) à l’un des constituants du vaccin ou aux résidus à l’état de traces (par exemple formaldéhyde, benzonase, saccharose). Si la vaccination est jugée nécessaire, l’équipement médical de réanimation doit être immédiatement disponible en cas de besoin.

Effets indésirables : cf. rubrique 4.8 du document de l'Emea

Quelques faits et dates : 

« As of 6 December 2009, a total of 216 reports had been received in EudraVigilance (increase of 25 reports since the previous update). According to company information, a total of 3,399,200 doses had been distributed to EU Member States up to 16 November 20091. It is estimated that at least 438,000 patients have been vaccinated with Celvapan in the EEA.

The most frequent suspected adverse reactions experienced by patients in each System Organ Class (SOC) since the authorisation of the vaccine are:
−  Nervous system disorders: headache, dizziness, paraesthesia, syncope;
−  General disorders and administration site conditions: pyrexia, malaise, chills, fatigue, feeling hot;
−  Gastrointestinal disorders: nausea, vomiting;
−  Musculoskeletal disorders: arthralgia, myalgia, pain in extremity;
−  Skin and subcutaneous conditions: hyperhydrosis, urticaria, pruritus, rash;
−  Respiratory disorders: dyspnoea, oropharyngeal pain, cough;
−  Vascular disorders: pallor, flushing, hypotension;
−  Immune disorders: hypersensitivity, anaphylactic reaction.
•  The most frequently suspected adverse reactions reported in children since authorisation include hypersensitivity, dizziness, headache, vomiting, vision blurred, syncope, urticaria and pallor. 
•  Since the last update, there has been a new fatal case following administration of Celvapan. This case concerned a 75-year-old male. Little information on this case is currently available. Results of the autopsy have been requested. Since authorisation, a total of two fatal cases have been reported without evidence of an association with Celvapan.
•  Since authorisation, 3 cases of circulatory collapse had been received. One case was associated with epilepsy occurring two days after the vaccination and the available information suggest that the two other cases probably experienced vaso-vagal symptoms. All patients recovered.»

Source : Third pandemic pharmacovigilance weekly update, 16 décembre 2009

_________________________________________________________________________ 

« Baxter International Inc. (NYSE: BAX) today confirmed that the European Commission (EC) has granted marketing authorization for CELVAPAN H1N1 pandemic vaccine using Baxter’s Vero cell technology. CELVAPAN H1N1 is the first cell culture-based and non-adjuvanted pandemic influenza vaccine to receive marketing authorization in the European Union [...] Information on CELVAPAN H1N1 clinical trials is available at http://www.clinicaltrials.gov/ct2/results?term=baxter+h1n1 »

Source : communiqué de presse de Baxter, 7 octobre 2009

_________________________________________________________________________ 

« The European Medicines Agency has recommended to the European Commission that an additional vaccine against influenza A(H1N1) (‘swine flu’), Celvapan from Baxter, be granted a marketing authorisation. Adoption of an authorisation decision by the European Commission is expected shortly [...] Celvapan is a non-adjuvanted vaccine. This means that it does not contain ‘adjuvants’ to enhance the immune response. The Committee for Medicinal Products for Human Use (CHMP) is currently recommending a two-dose vaccination schedule, at an interval of three weeks, for adults, including pregnant women, and for children from six months of age. »

Source : communiqué de l'Emea, 2 octobre 2009

_________________________________________________________________________ 

« Baxter International Inc. (NYSE/BAX) a annoncé que la production des premiers lots de CELVAPAN, vaccin pandémique A/H1N1, est terminée depuis fin juillet et que des discussions sont en cours avec certaines autorités nationales de santé pour la distribution de ce produit. Cette distribution est soumise à l’obtention d’autorisations appropriées. CELVAPAN, nom du vaccin pandémique de la grippe A/H1N1 produit par Baxter, repose sur la technologie de culture sur cellules Vero, brevetée par Baxter. »

Source : communiqué de presse de Baxter, 6 août 2009


>> Informations sur la vaccination en France
>> Liste des vaccins contre la grippe A H1N1


Repost 0
7 octobre 2005 5 07 /10 /octobre /2005 11:36

Nom du vaccin : Panvax®H1N1 (avec adjuvant)

Clients : USA, Canada

 

Composition :

  • 15 µg d’hémagglutinine du virus A/California/7/2009 (H1N1), analogue de la souche pandémique A(H1N1) 2009;
  • ≤ 1,0 µg de protéines d’œuf et ≤ 1,4 ng de bêta-propiolactone;
  • ≤ 0,7 ng de néomycine et ≤ 0,11 ng de sulfate de polymyxine B;
  • 50 µg de thimérosal comme agent de conservation;
  • < 10 µg de sucrose et ≤ 5 µg de taurodésoxycholate de sodium;
  • 4,1 mg de chlorure de sodium, 0,3 mg de phosphate dibasique de sodium anhydride, 0,08 mg de phosphate de potassium monobasique, 0,02 mg de chlorure de potassium et 1,5 µg de chlorure de calcium.


Panvax®H1N1 se présente en fiole multidose de 5 ml

Vous ne devez pas recevoir Pandemrix si vous avez déjà présenté une réaction allergique soudaine, menaçant le pronostic vital, à l’un de ses composants ou à tout autre composant pouvant être présent à l’état de traces tel que : œuf et protéines de poulet, ovalbumine, formaldéhyde, sulfate de gentamicine (antibiotique) ou désoxycholate de sodium.

Vous devez faire attention si :

  • Si vous avez présenté une réaction allergique, autre qu’une réaction allergique menaçant le pronostic vital, à un composant du vaccin, au thiomersal, à l’œuf, aux protéines de poulet, à l’ovalbumine, au formaldéhyde, au sulfate de gentamicine (antibiotique) ou au désoxycholate de sodium.

 

Quelques faits et dates :

« Panvax®H1N1 vaccine contains a fragment from the killed influenza virus strain that has been determined by the World Health Organisation (WHO) to be the strain responsible for the circulating pandemic flu. The current seasonal CSL influenza vaccine contains three different flu strains. The vaccine does not contain any live virus.
Apart from the influenza virus strain used, the ingredients in Panvax®H1N1 are the same as the CSL ordinary seasonal flu vaccine (Fluvax®), except that a small amount of the preservative thiomersal has been added to the multi-dose vials to protect against contamination of the vaccine. It is a requirement that multi-dose vials of vaccines contain a preservative to maintain sterility, and thiomersal is the most commonly used preservative.
The preliminary results from a clinical trial in healthy adults showed that 95% of the study participants had a good immune response with one dose. The study is ongoing. »

Source : site de CSL - rubrique « Panvax®H1N1 vaccine »

 
« Le vaccin contre la grippe A(H1N1) de l'australien CSL a permis une bonne réponse immunitaire avec une seule dose, selon les premiers résultats d'une étude menée par le laboratoire, publiés jeudi sur le site internet du New England Journal of Medicine (NEJM). »»

Source : APN International, 11 septembre 2009

>> Informations sur la vaccination en France
>> Liste des vaccins contre la grippe A H1N1



Repost 0
6 octobre 2005 4 06 /10 /octobre /2005 14:27

Pandemrix suspension et émulsion pour émulsion injectable - vaccin grippal pandémique (H1N1)

Clients : France, Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, Finlande, Suède, Canada, Mexique, Japon...


Virus de la grippe fragmenté inactivé, contenant l’antigène analogue à : A/California/7/2009 (H1N1)v-souche analogue (X-179A) - 3,75 microgrammes.

Adjuvant : AS03, composé de squalène (10,69 milligrammes), de DL-α-tocophérol (11,86 milligrammes) et de polysorbate 80 (4,86 milligrammes).

Excipients : le vaccin contient 5 microgrammes de thiomersal.

 

Pandemrix se présente en deux flacons :

Suspension : flacon multidose contenant l’antigène.
Emulsion : flacon multidose contenant l’adjuvant. 
Ces deux composants doivent être mélangés avant administration.

 

Mode d'administration : Le vaccin doit être injecté par voie intramusculaire de préférence dans le muscle deltoïde ou dans la face antérolatérale de la cuisse (en fonction de la masse musclulaire). Il ne doit en aucun cas être administré par voie intravasculaire.

Vous ne devez pas recevoir Pandemrix si vous avez déjà présenté une réaction allergique soudaine, menaçant le pronostic vital, à l’un de ses composants ou à tout autre composant pouvant être présent à l’état de traces tel que : œuf et protéines de poulet, ovalbumine, formaldéhyde, sulfate de gentamicine (antibiotique) ou désoxycholate de sodium.

Vous devez faire attention si :

  • Si vous avez présenté une réaction allergique, autre qu’une réaction allergique menaçant le pronostic vital, à un composant du vaccin, au thiomersal, à l’œuf, aux protéines de poulet, à l’ovalbumine, au formaldéhyde, au sulfate de gentamicine (antibiotique) ou au désoxycholate de sodium.
  • Si vous avez une infection sévère avec une température élevée (supérieure à 38°C). Si c’est le cas, alors votre vaccination sera normalement reportée jusqu'à ce que vous vous sentiez mieux. Une infection bénigne comme un rhume ne devrait pas être un problème, mais votre médecin vous informera si vous pouvez être vacciné avec Pandemrix.
  • Si vous devez passer des examens sanguins pour savoir si vous êtes infecté par certains virus. Durant les premières semaines après une vaccination avec Pandemrix, les résultats de ces tests peuvent être faux. Prévenez le médecin qui vous a prescrit ces tests que vous avez récemment été vacciné par Pandemrix.


Quelques faits et dates :

« Depuis le début de la vaccination, l’Afssaps a eu connaissance de 1236 signalements d’effets indésirables (1011 par les professionnels de santé et 225 par les patients), soit un taux de notification d’environ 5 pour 10 000 doses administrées.

Sur les 1236 cas rapportés :
- 1063 cas (86%) sont survenus chez des sujets âgés de plus de 18 ans ;
- 9 cas (0.7%)  ont été rapportés chez les nourrissons âgés de 6 à 23 mois ;
- 73 cas (6%) chez les enfants de 24 mois à 9 ans ;
- 91 cas (7.3%) chez les enfants âgés de 10 à 18 ans.
La majorité des cas rapportés (97%) était d’intensité bénigne à modérée.

Depuis le précédent bulletin, 23 nouvelles observations jugées médicalement significatives ont été rapportées (total cumulé depuis le 21 octobre 2009 : 101 cas médicalement significatifs). Il s’agit de réactions indésirables dont l’intensité a entrainé une gêne fonctionnelle et/ou une incapacité temporaire telles que syndromes grippaux, fourmillements des extrémités, paralysie oculo-motrice (troubles de l’accommodation, vision double),  éruptions cutanées, réactions au point d’injection, fièvre, malaise, fatigue, difficultés respiratoires, douleurs musculaires et articulaires, déséquilibre temporaire de la glycémie d’évolution favorable chez des diabétiques sous insuline et vomissements.

Pendant cette période, 12 nouvelles observations graves ont été signalées (total cumulé depuis le  21 octobre 2009 : 41 cas graves). Pour l’une d’entre elles, le rôle du vaccin a été exclu (diagnostic d’angine érythémato-pultacée). 

Chez l'adulte :
- 1 choc anaphylactique d’évolution favorable ;
- 1 paralysie faciale ;
- 1 cas de paresthésies (fourmillement au niveau des membres)  avec troubles de la sensibilité, peut-être révélateur d’une maladie neurologique sous-jacente, en cours d’investigation.  
- 3 cas de paresthésies des extrémités isolés sans autre anomalie neurologique ont été notifiés, portant le nombre total de ces cas à 12 depuis le début de la vaccination. Il s’agit toujours de paresthésies des extrémités, le plus souvent ascendantes, touchant en général, les membres inferieurs puis les membres supérieurs, et dont l’intensité motive la consultation et la réalisation d’investigations neurologiques qui sont toujours normales. A ce jour, aucun cas de syndrome de Guillain-Barré confirmé n’a été rapporté ;
- 1  cas de douleurs et fonte musculaire de l’épaule gauche (syndrome de Parsonage-Turner) ;
- 1 purpura thrombopénique idiopathique (apparition d’ecchymoses avec baisse importante du nombre de plaquettes quelques heures après la vaccination) d’évolution favorable en cours d’investigation.
- 1 cas de zona chez un patient immunodéprimé pour lequel la relation avec le vaccin s’avère peu probable, notamment en raison du court délai d’apparition après la vaccination (quelques heures).

Chez l'enfant : 
- 1 crise d’asthme d’évolution favorable chez un enfant asthmatique de 4 ans ;
- 1 cas de paresthésies au niveau du bras vacciné chez un enfant de 13 ans, associées à de la fièvre et un gonflement des ganglions, est en cours d’investigation. »

Source : Afssaps - Suivi de pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) - Bulletin n°7, 17 décembre 2009

_________________________________________________________________________ 

« As of 6 December 2009, a total of 4,163 reports had been received in EudraVigilance (increase of 623 reports since the previous update). Data available on 14 December 2009 from Member States and from the company indicate that at least 42.6 million doses of Pandemrix had been distributed in the EEA. It is estimated that at least 17.4 million individuals have been vaccinated.

The most frequent suspected adverse reactions experienced by patients in each SOC since the authorisation of the vaccine are:
−  General disorders and administration site conditions: pyrexia, injection site pain, fatigue, influenza-like illness, malaise, chills, oedema peripheral, pain, injection site swelling, injection site erythema, injection site induration, asthenia;
−  Nervous system disorders: headache, dizziness, paraesthesia, syncope, somnolence, hypoaesthesia, lethargy, convulsions, tremor, loss of consciousness, crying, migraine, presyncope, facial palsy;
−  Gastrointestinal disorders: vomiting, nausea, diarrhoea, abdominal pain;
−  Musculoskeletal disorders: myalgia, pain in extremity, arthralgia, musculoskeletal stiffness, back pain, limb discomfort, muscular weakness, neck pain;
−  Skin and subcutaneous conditions: rash, erythema, hyperhydrosis, urticaria, pruritus;
−  Respiratory disorders: dyspnoea, cough, oropharyngeal pain, rhinorrhoea, asthma, wheezing, bronchospasm, pharyngeal oedema, tachypnoea, epistaxis;
−  Vascular disorders: circulatory collapse, pallor, flushing, hypotension;
−  Immune disorders: anaphylactic reaction, hypersensitivity; 
−  Psychiatric disorders: insomnia, listless, restlessness, sleep disorder, tearfulness, nightmare.

The most frequently suspected adverse reactions reported in children since authorisation include pyrexia, hyperpyrexia, vomiting, injection site pain, headache, fatigue, diarrhoea, cough, abdominal pain, decreased appetite, myalgia, rash and pain in extremity.  

Since authorisation, 57 distinct cases with a fatal outcome have been received. Age ranged from 21 months to 101 years old (median 65 years). Thirty-four (34) patients were 65 years old or above (median 79.5 years); 18 patients were aged between 37 and 64 years (median 50 years); 5 patients were 36 years old or younger (median 17 years). In the majority of cases, pre-existing cardiovascular conditions were reported such as myocardial infarction, arrhythmia, heart failure, coronary heart disease. Other reported underlying conditions that could explain the death included sepsis, pneumonia, renal insufficiency, epilepsy, brain damage, amyotrophic lateral sclerosis.

Since the last update, there has been one report of injection site necrosis in a 50-year-old female. The patient had a history of morbid obesity and diabetes which may have contributed to the event. Another report concerned a 76-year-old female patient who experienced epidermal necrolysis 3 days after vaccination with Pandemrix. The reporter did not know whether the event was related to the vaccine or to a staphylococcal infection. The subject also had a history of diabetes mellitus and was receiving numerous concomitant medications. 

Since the last update, two new cases of Guillain-Barré syndrome have been received. A 73-year-old male presented with the syndrome 5 days after vaccination with Pandemrix. A 61-year-old male developed the syndrome 10 days after pneumococcal vaccination, and 1 month after administration of both Pandemrix and a seasonal flu vaccine. This person had suffered from gastroenteritis 3 weeks earlier, which may have contributed to the occurrence of Guillain-Barré syndrome. There is no indication that the vaccine contributes to the occurrence of Guillain-Barré syndrome.  »

Source : Third pandemic pharmacovigilance weekly update, 16 décembre 2009

___________________________________________________________________ 

« Depuis le début de la vaccination, l’Afssaps a eu connaissance de 562 signalements d’effets indésirables (499 par les professionnels de santé et 63 par les patients), soit un taux de notification d’environ 0,5 pour 1000 doses administrées. 

Sur les 562 cas rapportés : 

• 541 cas (96%) sont survenus chez des sujets âgés de plus de 18 ans.
• chez les enfants âgés de 9 à 18 ans, seuls 5 cas (1%) ont été rapportés et 16 cas (3%)
 chez les enfants de  24 mois à 9 ans. Un seul cas grave a été rapporté chez une adoles-
 cente de 14 ans (voir 4ème bulletin)
• chez les nourrissons âgés de  6 à 23 mois, aucun cas n’a été signalé. 

La majorité des cas rapportés (97%) était d’intensité bénigne à modérée. Le système de pharmacovigilance a enregistré 498 signalements d’effets indésirables non graves (dont 63 notifiés par les patients) correspondant à un total de 1377 réactions indésirables survenues dans les heures suivant la vaccination.
Par ailleurs, 24 nouvelles observations jugées médicalement significatives ont été rapportées (total cumulé depuis le 21 octobre 2009 : 48 cas médicalement significatifs). Il s’agit de réactions indésirables dont l’intensité a entrainé une gêne fonctionnelle et/ou une incapacité temporaire telles que syndromes grippaux, douleurs au site d’injection, fourmillements des extrémités, sensations vertigineuses, douleurs articulaires, élévations transitoires de la pression sanguine artérielle et une paralysie faciale en cours d’investigation.
 Pendant cette période, 7 nouvelles observations graves* ont été signalées (total cumulé depuis le 21 octobre 2009 : 16 cas graves). 2 cas sont en cours d’évaluation (embolie pulmonaire, pneumopathie). Les 5 autres cas correspondent à :
• 2 réactions allergiques (œdème de Quincke, choc anaphylactique) d’évolution favorable après traitement symptomatique ;
• 2 cas de paresthésies (fourmillements au niveau des membres) sans autre anomalie neurologique et spontanément résolutives ;
• 1 cas de douleurs thoraciques, avec sensation de malaise et de gorge serrée et œdème des lèvres, immédiatement après l’injection, ayant nécessité une surveillance d’une nuit à l’hôpital. 

Enfin, un cas de décès a été signalé chez un homme de 58 ans, dans la nuit suivant la vaccination. Il a été conclu à une mort naturelle. 

Plus d’un mois après la survenue du cas fortement suspecté dans un premier temps d’être un « syndrome de Guillain-Barré » (notifié dans le 1er bulletin hebdomadaire), les éléments cliniques, la normalité des examens neurologiques successifs et l’évolution rapidement favorable, ne plaident pas en faveur du diagnostic final de syndrome de Guillain-Barré. Ce cas est à rapprocher d’autres cas similaires associant uniquement des fourmillements importants des extrémités (paresthésies), parfois de survenue rapide après la vaccination, et ayant conduit à effectuer un bilan neurologique approfondi qui s’est toujours avéré normal. »

Source : Afssaps - Suivi de pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) - Bulletin n°5, 3 décembre 2009

_________________________________________________________________________  

« Entre le 21 octobre et le 15 novembre 2009, environ 200'000 doses de vaccin PANDEMRIX ont été administrées, d’abord aux personnels de santé, médico-sociaux et de secours des établissements hospitaliers, puis à partir du 12 novembre 2009 à certaines catégories de personnes prioritaires dans des centres de vaccination dédiés. Durant cette même période, l’Afssaps a eu connaissance de 107 signalements d’effets indésirables par un professionnel de santé. 
La majorité des cas rapportés (95.3%) a été d’intensité bénigne à modérée. Le système de pharmacovigilance a enregistré 94 signalements d’effets indésirables non graves correspondant à un total de 313 réactions indésirables survenues dans les heures suivant la vaccination. Les plus fréquentes sont listées dans le tableau suivant (un même cas peut présenter plusieurs types d’effets indésirables) : 

Réactions au site injection  :

> Douleur : 61
> Réactions inflammatoires : 32 . 

Réactions allergiques :
> Erythème : 9
> Urticaire général : 1
> Urticaire localisé : 3
> Œdème du visage : 1 . 

Réactions générales :
> Fièvre : 19
> Maux de tête : 24
> Fatigue : 24
> Syndrome grippal : 14 . 

Par ailleurs, huit cas ont été jugés médicalement significatifs, mais n’ont nécessité qu’une simple surveillance. L’évolution a été rapidement favorable (4 cas de malaise associé à une augmentation de la pression sanguine artérielle, 1 cas de sensation vertigineuse, 1 cas de douleur intense, 1 réaction allergique au site d’injection et 1 œdème de la face). 
Cinq cas ont nécessité une hospitalisation. Aux quatre cas graves* déjà signalés dans le bilan précédent s’ajoute un cinquième signalement.
Un cas d’interruption de grossesse in utero chez une femme enceinte à 38 semaines d’aménorrhée a été notifié. Ce cas est survenu dans un contexte fébrile 2 jours après la vaccination par Pandemrix. Aucune donnée ne permet à l’heure actuelle de relier ce cas à la vaccination, et des examens complémentaires sont en cours de réalisation. »

Source : Afssaps - Suivi de pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) - Bulletin n°3, 19 novembre 2009

_________________________________________________________________________ 

« Entre le 21 octobre et le 10 novembre 2009, environ 100'000 doses de vaccin PANDEMRIX ont été administrées, aux personnels de santé, médico-sociaux et de secours des établissements hospitaliers.  Durant cette même période, l’Afssaps a eu connaissance de 91 signalements d’effets indésirables par les professionnels de santé. [...] La majorité des cas rapportés (91.0%) a été d’intensité bénigne à modérée. Quatre d’entre eux ont  nécessité une hospitalisation. Les cinq cas restants jugés médicalement significatifs n’ont nécessité qu’une simple surveillance, etleur évolution a été rapidement favorable (3 cas de malaise associé à une augmentation de la pression sanguine, 1 cas de sensation vertigineuse et 1 cas de douleur intense au site d’injection). »

Source : Afssaps - Suivi de pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) - Bulletin n°2, 13 novembre 2009

_________________________________________________________________________ 

« GlaxoSmithKline (GSK) today announced that this week, approximately half a million people will have received its pandemic H1N1 vaccine, Pandemrix™, as part of Government initiated vaccination programmes across Europe, which commenced earlier this month. GSK also announced new results from a clinical trial assessing the use of Pandemrix in adults aged 18 to 85 years of age. The trial, which is ongoing, shows that after the first dose of adjuvanted vaccine, a strong immune response was demonstrated, inclusive of the over 60 age group.

[...]  Local reactions such as pain, redness, and swelling at the site of injection were observed, but no severe reactions were reported to date. General reactions such as low grade fever, headache, and muscle ache were also observed, and were in line, or slightly more often than observed with GSK’s current unadjuvanted seasonal influenza vaccines. »

Source : communiqué de presse de GlaxoSmithKine, 27 octobre 2009

_________________________________________________________________________   

« GlaxoSmithKline (GSK) today announced results from a second clinical trial of its pandemic (H1N1) adjuvanted vaccine, which demonstrate that one dose of the vaccine can provide a strong immune response which exceeds criteria as defined by international licensing authorities using the lowest dose of antigen available in pandemic vaccines. »

Source : communiqué de presse de GlaxoSmithKine, 16 octobre 2009

_________________________________________________________________________ 

« On the 4th August, GSK confirmed that it had contracts in place to supply 291 million doses of the vaccine and had a variety of agreements in place with the US Government to supply pandemic products worth $250 million. Since that date, 22 government orders have been agreed to supply a further 149 million doses of the vaccine.  This now brings the total number of doses ordered for GSK’s pandemic vaccines to 440 million.  Discussions continue with governments for further supplies. First supplies of the vaccine will be shipped to governments during the week commencing 5th October. Shipments of the vaccine will be delivered in both the fourth quarter of 2009 and the first half of 2010. »

Source : communiqué de presse de GlaxoSmithKine, 6 octobre 2009

_________________________________________________________________________ 

« The European Medicines Agency has recommended to the European Commission that two vaccines against influenza A(H1N1) (‘swine flu’) be granted a marketing authorisation [...] The vaccines concerned are Focetria (Novartis) and Pandemrix (GlaxoSmithKline) [...] The adjuvant in Pandemrix has been tested in clinical trials involving several thousand subjects. »

Source : rapport de l'European Medicines Agency, 25 septembre 2009

_________________________________________________________________________ 

« To date, GSK has received interest from several governments aiming to stockpile the new candidate adjuvanted vaccine as a precautionary measure.  These include:
  • Supplying the UK Government with 60 million doses of the candidate A (H1N1) adjuvanted influenza vaccine.
  • The French Government intend to purchase 50 million doses of the candidate A (H1N1) influenza vaccine.
  • The Government of Belgium intend to purchase 12.6 million doses of the candidate A (H1N1) influenza vaccine in order to stockpile and to protect, when needed, the total Belgian population.
  • An agreement with the Government of Finland to supply 5.3 million doses of H1N1 antigen, which is expected to be used in conjunction with the government’s existing stockpile of GSK’s adjuvant system. »

Source : communiqué de presse de GlaxoSmithKine, 15 mai 2009

 

>> Informations sur la vaccination en France
>> Liste des vaccins contre la grippe A H1N1



Repost 0
4 octobre 2005 2 04 /10 /octobre /2005 11:21

Client : Chine

 

« Le vaccin contre la grippe A/H1N1 produit par la compagnie pharmaceutique chinoise Hualan Biological Engineering Inc. a réussi mardi une évaluation organisée par l'Administration d'Etat de surveillance et de contrôle des aliments et des médicaments. Une dose de 15 mg du vaccin permet d'inoculer sans risque les personnes âgées de plus de trois ans. Le vaccin a obtenu l'approbation unanime des 41 experts de l'administration ayant étudié les récents effets négatifs du vaccin. Les experts soumettront un rapport à l'administration dont la décision finale sera annoncée d'ici trois jours. Si le feu vert est donné, la compagnie obtiendra le permis de fabrication du vaccin cette semaine. »

Source : Chine-informations, 1er septembre 2009


>> Informations sur les vaccins contre la grippe A H1N1


Repost 0
3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 14:26

Vaccin grippal pandémique (H1N1)

Clients : Canada...


Composition :
  • 15 µg d’hémagglutinine du virus A/California/7/2009 (H1N1) ;
  • des traces résiduelles de protéines d’œuf et de formaldéhyde ;
  • 50 µg de thimérosal comme agent de conservation ;
  • des traces de sucrose et de désoxycholate de sodium ;
  • une solution saline tamponnée au phosphate (chlorure de sodium, chlorure de potassium, heptahydrate de phosphate dibasique de sodium, phosphate de potassium monobasique et eau).


Pandemrix se présente en fiole multidose de 5 ml

Mode d'administration : Le vaccin doit être injecté par voie intramusculaire de préférence dans le muscle deltoïde ou dans la face antérolatérale de la cuisse (en fonction de la masse musclulaire). Il ne doit en aucun cas être administré par voie intravasculaire.

Vous ne devez pas recevoir Pandemrix si vous avez déjà présenté une réaction allergique soudaine, menaçant le pronostic vital, à l’un de ses composants ou à tout autre composant pouvant être présent à l’état de traces tel que : œuf et protéines de poulet, ovalbumine, formaldéhyde, sulfate de gentamicine (antibiotique) ou désoxycholate de sodium.

Vous devez faire attention si :

  • Si vous avez présenté une réaction allergique, autre qu’une réaction allergique menaçant le pronostic vital, à un composant du vaccin, au thiomersal, à l’œuf, aux protéines de poulet, à l’ovalbumine, au formaldéhyde, au sulfate de gentamicine (antibiotique) ou au désoxycholate de sodium.

 

>> Informations sur la vaccination en France
>> Liste des vaccins contre la grippe A H1N1



Repost 0
3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 10:40

Celtura, vaccin grippal pandémique (H1N1)

Clients : Suisse, Japon...

 

Milieu culture : cellules MDCK (cellules rénales de chien, Madin Darby Canine Kidney)

Substance active : Antigènes de surface du virus de la grippe (hémagglutinine et neuraminidase) de la souche : A/California/7/2009 (H1N1)v souche analogue utilisée (X-181)  7,5 microgrammes par dose de 0,5 ml

Adjuvant : MF59C.1 (émulsion huile/eau contenant 9,75 mg de squalène, 1,175 mg de polysorbate 80 et 1,175 mg du trioléate de sorbitan dans un tampon citrate).

 

 

>> Informations sur la vaccination en France
>> Liste des vaccins contre la grippe A H1N1



Repost 0
3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 10:31

Focetria, suspension injectable - vaccin grippal pandémique (H1N1)

Clients : France, Pays-Bas, Suisse, Japon

 

Substance active : Antigènes de surface du virus de la grippe (hémagglutinine et neuraminidase) de la souche : A/California/7/2009 (H1N1)v souche analogue utilisée (X-181)  7,5 microgrammes par dose de 0,5 ml

Adjuvant : MF59C.1 (émulsion huile/eau contenant 9,75 mg de squalène, 1,175 mg de polysorbate 80 et 1,175 mg du trioléate de sorbitan dans un tampon citrate).

Autres composants : thiomersal (flacon multidose uniquement), chlorure de sodium, chlorure de potassium, phosphate monopotassique, phosphate disodique dihydraté, chlorure de magnésium hexahydraté, chlorure de calcium dihydraté, citrate de sodium, acide citrique et eau pour préparations injectables.


Focetria est fourni en tant que :

  • Seringue prête à l’emploi contenant une dose unique de 0,5 ml, injectable ;
  • Flacon contenant dix doses de 0,5 ml chacune, injectables.

Mode d'administration : Le vaccin sera injecté dans le muscle (habituellement dans le haut du bras). 

Vous ne devez pas recevoir Pandemrix si vous avez déjà présenté une réaction allergique soudaine, menaçant le pronostic vital, à l’un des composants de Focetria ou à tout autre composant pouvant être présent à l’état de traces tel que : œuf et protéines de poulet, ovalbumine, formaldéhyde, kanamycine et sulfate de néomycine (antibiotiques) ou bromure de cétyltriméthylammonium (CTAB).

Vous devez faire attention si :

  • vous avez une infection sévère avec une température élevée (supérieure à 38 °C). Si c’est le cas, alors votre vaccination sera normalement reportée jusqu'à ce que vous vous sentiez mieux. Une infection bénigne comme un rhume ne devrait pas être un problème, mais votre médecin vous informera si vous pouvez être vacciné avec Focetria.  
  • vous devez passer des examens sanguins pour savoir si vous êtes infecté par certains virus. Durant les premières semaines après une vaccination avec Focetria, les résultats de ces tests pourraient être faux. Prévenez le médecin qui vous a prescrit ces tests que vous avez récemment été vacciné par Focetria.


Quelques faits et dates :

« As of 6 December 2009, a total 1,722 reports had been received in EudraVigilance (increase of 152 reports since the previous update).  Data available on 14 December 2009 from Member States and from the company  indicate that at least 27.3 million doses of Focetria had been distributed in the EEA, and at least 8.5 million individuals had been vaccinated.2009.

The most frequent suspected adverse reactions experienced by patients in each SOC since the authorisation of the vaccine are:
−  General disorders and administration site conditions: pyrexia, fatigue, influenza-like illness, injection site pain, malaise, chills, injection site erythema, injection site swelling;
−  Nervous system disorders: headache, dizziness, paraesthesia, dysgeusia, somnolence;
−  Musculoskeletal disorders: myalgia, pain in extremity, arthralgia, musculoskeletal stiffness;
−  Gastrointestinal disorders: nausea, diarrhoea, vomiting, abdominal pain;
−  Skin and subcutaneous conditions: rash, pruritus, erythema, urticaria, hyperhydrosis;
−  Respiratory disorders: dyspnoea, cough, oropharyngeal pain;
−  Infections: nasopharyngitis, rhinitis. 

•  The most frequently suspected adverse reactions reported in children since authorisation include pyrexia, headache, cough, nausea, vomiting, abdominal pain, injection site pain, myalgia and influenza-like illness.
•  Since authorisation, 12 cases with a fatal outcome have been received. Most are likely to be explained by underlying conditions (e.g. cardiovascular disorders, alcohol abuse, chronic obstructive pulmonary disease, renal insufficiency). In one report with limited information, a 64-year-old patient experienced acute meningo-encephalitis, but the available data do not allow evaluating an association with the vaccine.
•  Since the last update, there has been one case of acute disseminated encephalomyelitis (ADEM) reported in a 67-year-old male, which occurred 5 days after vaccination. The patient was hospitalised and treated with intravenous methylprednisolone and immunoglobulins. Several different viral and bacterial infections have been suggested to lead to ADEM. ADEM has also been temporally reported after various immunisations but there has been no proven association with modern vaccines.  
•  Since authorisation, there have been two poorly documented cases of encephalitis in patients aged 8 and 64 years old. A link with the vaccine cannot be established based on the available information. »

Source : Third pandemic pharmacovigilance weekly update, 16 décembre 2009

_________________________________________________________________________ 

« The European Medicines Agency has recommended to the European Commission that two vaccines against influenza A(H1N1) (‘swine flu’) be granted a marketing authorisation [...] The vaccines concerned are Focetria (Novartis) and Pandemrix (GlaxoSmithKline) [...] The adjuvant in Focetria has been used in another flu vaccine since 1997 in more than 45 million doses. »

Source : Rapport de l'European Medicines Agency, 25 septembre 2009

 

>> Informations sur la vaccination en France
>> Liste des vaccins contre la grippe A H1N1



Repost 0
3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 10:19

Vaccin grippe monovalent inactivé A(H1N1) 2009 Humenza - vaccin grippal pandémique (H1N1)

 

Humenza(r) est un vaccin formulé avec 3,8 microgrammes d'hémagglutinine (HA) d'un virus grippal apparenté à la souche A/California/07/2009 (H1N1) 

Adjuvant : ASF03

 

Quelques faits et dates :

« Sanofi Pasteur, la division vaccins du Groupe sanofi-aventis (EURONEXT : SAN et NYSE : SNY), annonce aujourd’hui qu’une seule dose de vaccin monovalent contre la grippe A(H1N1) 2009, Panenza® (dosé à 15 microgrammes, sans adjuvant) ou Humenza® (dosé à 3,8 microgrammes, avec adjuvant), induit une forte réponse immunitaire chez les enfants (âgés de 3 ans et plus) ainsi que chez les adultes, d’après les résultats d’essais cliniques réalisés en Europe.
Une dose de vaccin monovalent contre la grippe A(H1N1) 2009, Panenza® ou Humenza®, induit une forte réponse anticorps, considérée comme protectrice, chez au moins 93% des adultes âgés de 18 à 59 ans, et chez au moins 83% des adultes âgés de 60 ans et plus. Chez les enfants âgés de 3 à 17 ans, au moins 94% des participants à l’étude ont développé une réponse anticorps séroprotectrice. Les deux vaccins testés ont répondu aux trois critères exigés par l’Agence européenne des médicaments (EMEA). »
Source : communiqué de presse de Sanofi-Pasteur, 8  octobre 2009

 

>> Informations sur la vaccination en France
>> Liste des vaccins contre la grippe A H1N1



Repost 0